Glaive de sapeur d’infanterie du 1er Empire à tête de coq hurlant. Le coq était le symbole de la vigilance. La croisière est ornée d’une tête de lion. Les quillons symétriques sont droits et terminés par en têtes de chien. Le dos de la lame est gravé Manufre Imperiale du Klingentahal Juillet (ou Février) 1811, en partie effacé. La lame à simple pan creux n’est pas réceptionnée, comme souvent, puisqu’il s’agit de fabrications commerciales pour des commandes régimentaires privées. Les garnitures sont de laiton. Le bouton de chape est à base losangée comme sur les briquets d'infanterie de la Vieille Garde Impériale. Accident à la crête du coq.

Prix : 3200 €

Sabre d'Officier Général de la période Directoire. Poignée entièrement filigranée de fils d'argent torsadés. Calotte à longue queue décorée de feuilles d'acanthe. Garde à une branche simple joignant la croisière à angle droit. Quillon en volute. Oreillons décorés d'une tête de Méduse. Le large fourreau comporte un crevé en cuir renforcé de deux attèles. Il est décoré de cabochons en léger relief, représentant des trophées d'armes. Le dard en acier est magnifiquement découpé. La lame est de damas décorée de signes cabalistique dorés. Elle comporte un très fort contre-tranchant. Cette arme est caractéristique de la période. Elle est en très bon état et a conservé la quasi totalité de sa dorure.

Prix : 12000 €

Magnifique sabre de luxe d'Officier Général de cavalerie légère. Garde à une branche à médaillon sculpté d'un buste à l'antique entouré de deux étoiles. Calotte en forme de mufle de lion. Poignée en ébène finement quadrillée. Quillon en forme de tête de loup. Oreillons décorés d'une tête de Minerve. La lame à simple pan creux est bleuie et dorée au tiers. Le fourreau de laiton doré est bordé de fleurettes et rehaussé de différentes scènes symboliques en relief, dans l'ordre de haut en bas : un trophée d'armes, la vertu défendant les innocents, la science. Il s'agit d'une arme de grand luxe, qui a conservé l'intégralité de sa dorure. Accident dans le bas du fourreau.

Prix : 9000 €

Sabre pour les Cavaliers et les Dragons, dit Arco, héritier du Mle 1783, fabriqué sous la Révolution à partir de 1792. Poignée de cuir filigranée de fil de laiton torsadé, calotte à courte queue. Monture de laiton à branches en ruban, décorée du faisceau de licteur surmonté du bonnet phrygien, venu de fonte. Le plateau porte la barrette du fourbisseur Dumont et le poinçon au coq. La lame est à double pan creux, à pointe dans le prolongement du dos. Elle est poinçonnée du faisceau de licteur utilisé par la Manufacture de Klingenthal. Le poinçon au coq et le faisceau de licteur ont été utilisés par l'administration de la guerre de 1793 à 1799.
Le fourreau de cuir verni à trois garnitures de laiton est du Modèle An IX, reconnaissable au large bouton plat de la bouterolle. La pointe dans le prolongement du dos et le fourreau à deux anneaux de bélières plaident pour une attribution aux Dragons. Ce sabre est caractéristique de la période révolutionnaire. Il est en parfait état et dans une belle patine. Il n'a jamais été touché.

Prix : 3600 €

Sabre des Grenadiers à Cheval de la Garde Impériale.
Lame poinçonnée du M de l'inspecteur Marion en poste à Klingenthal du 12/12/1808 au 31/05/1811 et du B de J G Bick contrôleur de première classe de 02/1809 à 08/1824, gravée au dos Mfture Imple du Klingenthal Coulaux Frères.
Dessus du plateau de garde marqué Versailles, portant le poinçon J C de J N Cazamajou 2ème contrôleur du 01/01/1809 à fin 1811 et un autre poinçon illisible.
Le dessous du plateau porte la marque V, pour vérifié. Il est matriculé 2E.N°79, pour 2ème Escadron, Compagnie E, Arme N° 79 ?
La branche de garde est numérotée 517, numéro que l'on retrouve sur le talon de la lame.
Fourreau en laiton à deux crevés du 3ème type, poinçonné de Cazamajou, portant les traces d'étrier.
La fabrication de ce sabre peut être datée de février 1809 à avril 1810.
Très intéressant de par son matricule.

VENDU

Sabre d'officier de hussards "à la hongroise". Poignée de bois gainée de cuir nu, maintenu par deux olives, et percée en son sommet pour le passage de la dragonne. Garde à une branche joignant la croisière à angle droit, calotte à longue queue, oreillons en barrette, quillon en forme de boule. Fourreau à fut de bois recouvert de cuir, renforcé d'attelles moulurées, maintenues par cinq garnitures à godrons, dont deux servent de bracelets de bêlières, mince dard asymétrique en laiton se terminant en pointe. Très forte lame blanche à large contre-tranchant, presque exempte de piqures. Ce sabre est dans une belle patine, sans aucun coup, et conserve de la dorure dans les creux. Il s'agit d'un modèle caractéristique de la mode en usage à partir du milieu du XVIIIème siècle chez les officiers de hussards.

VENDU